Présentation

C'est toujours un peu intimidant de donner naissance à une idée, on se sent un peu maladroit...

Mais comme il faut bien y aller, je me lance.


J'ai commencé à écrire avant même de connaître l'alphabet. J'avais un cahier, chez mes grands-parents dont je remplissais les pages avec des signes que j'essayais de faire ressembler aux écritures que je voyais autour de moi.


J'ai appris à lire et à écrire avec passion, j'ai eu l'impression qu'un monde nouveau s'ouvrait à moi. Tout me semblait à la fois si simple et si riche, complexe. Je ressentais peut-être déjà cette préférence pour le langage écrit qui me semblait plus familier et dans mes cordes que le langage oral.


N'allez pas imaginer que je sois quelqu'un de taiseux ou silencieux ; mes proches pourront vous dire à quel point il m'est impossible de me taire, de me retenir de donner mon avis, de demander des explications, de réagir à ce que je vois, ce que je lis, ce que j'entends ou ce que je vis.

Je parle beaucoup, énormément. Je réfléchis beaucoup, énormément.

C'est une des raisons qui me pousse à créer ce nouvel espace où partager mes mots, mes idées, mes réflexions, mes questionnements, mes expériences, mes révoltes.


J'écris depuis si longtemps ; des textes un peu poétiques, pas vraiment des poèmes mais pas vraiment des nouvelles non plus. Je rassemble des souvenirs, des impressions, je choisis quelques mots et je les laisse se tisser tout seuls. C'est un besoin personnel, un peu égoïste, une démarche créative, artistique sans prétention à laquelle j'aimerais donner une autre dimension mais je pense que ces textes ont besoin de papier et d'encre, de traits et de couleurs aussi, peut-être ; j'ai envie qu'ils soient lus mais uniquement par ceux qui en comprendront leur côté intime.

Cet espace numérique auquel je suis en train de donner vie a des racines et des buts différents.

Utiliser la métaphore de graines que l'on sème est parfaitement à propos parce que c'est au fil de mes réflexions concernant notre potager que m'est venue l'envie d'écrire et de partager le chemin de mes pensées.


Avant de commencer à me présenter, j'ai envie de citer la première réflexion d'Henry David Thoreau dans Walden :


« Dans la plupart des livres, la première personne – le je – est laissée de côté. Dans celui-ci, elle sera préservée ; telle sera, en matière d'égotisme, la différence essentielle. Nous avons souvent tendance à oublier qu'on bout du compte c'est toujours le je qui parle. Je ne parlerais pas autant de moi s'il existait une autre personne que je connaisse aussi bien. Malheureusement, l'étroitesse de mon expérience me confine dans ce thème. Qui plus est, ce que j'attends pour ma part de chaque auteur, c'est avant tout – ou en fin de compte – un récit simple et sincère de sa propre vie, et non un vulgaire récit de ce qu'il a entendu de la vie d'autres hommes. J'attends le genre de récit qu'il enverrait à ses proches depuis une contrée lointaine. »


Je vais donc me présenter en quelques mots, je vous livrerai ensuite, au fil du temps, de mes expériences, de mes lectures, de mes joies, de mes révoltes mes impressions, mes réflexions, mes questionnements. Pas par égotisme, pas parce que je souhaite imposer ma façon de voir les choses ou donner des leçons mais parce que je n'en peux plus de tourner en rond dans mon esprit, parce que j'ai envie d'écrire les nuances que je rencontre si peu dans ma vie quotidienne, dans les médias, dans la société aujourd'hui. J'approche de la quarantaine, je pense avoir parcouru un chemin respectable, acquis une certaine expérience de la vie et j'ai envie de livrer mes pensées, de les partager et – j'en serais très heureuse – de pouvoir échanger, discuter, débattre avec ceux qui me liront.


Je crois profondément au partage, à l'entraide, à la solidarité, à des échanges horizontaux plutôt qu'à des systèmes verticaux ou pyramidaux. Je déplore que de plus en plus de domaines (l'enseignement, l'art, la culture du sol...) s'inscrivent dans des schémas mercantiles, commerciaux avec un fonctionnement hiérarchique. J'aimerais retrouver une vie où les savoirs, les connaissances se transmettent sans contrepartie financière, sans l'influence du monde capitaliste et ultra-libéral et où chacun puisse être à la fois donneur et receveur, où les réflexions évoluent en fonction de l'expérience de chacun. C'est dans cet esprit que je souhaite partager, ici, ces quelques mots.


Les lieux de rencontres où les échanges sont possibles existent mais ils sont rares. Je garde dans un coin de ma tête, des projets qui vont dans ce sens. Mais je dois bien avouer, également, que je fais partie de ceux qui ont parfois du mal à trouver leur place dans un groupe, qu'il m'est parfois plus facile de livrer mes idées, mes pensées par écrit qu'oralement. Je déplore que le langage écrit disparaisse et perde ses lettres de noblesses, qu'on ne cesse de mettre en avant des textes courts, résumés, percutants, faciles à comprendre, qui doivent toucher une cible rapidement. Je n'arrive pas à m'habituer (et je crois que je n'en ai pas envie d'ailleurs) à cette communication ultra rapide, aux vidéos avec des gens qui parlent vite, aux montages saccadés et aux titres accrocheurs.

Je suis persuadée que certains sujets méritent des textes longs et nuancés, que les échanges écrits ont une autre profondeur. J'aime lire, découvrir des modes de vie et de pensée en prenant mon temps. Les modes de communication nous permettent aujourd'hui de lire ou de diffuser des messages à l'autre bout du monde, d'y avoir accès facilement et c'est une grande richesse, il est sans doute important de pouvoir lutter pour que ces messages ne répondent pas aux normes du monde commercial et mercantile. De véritables peuvent avoir lieu, par écrit, à distance, en respectant les capacités de chacun ; la convivialité est tout à fait possible, même pour ceux qui ne sont plus réservés ou ne se sentent pas toujours à l'aise en groupe.


Pour comprendre le sens des articles que je publierai ici et ma démarche il est sans doute utile que je me présente.


Je m'appelle Esther, j'aurai bientôt 40 ans, je vis dans un petit village ardennais, en Belgique.

Je suis mariée et j'ai 4 enfants (deux grands ados et deux plus petits) qui sont ma raison de vivre.

Ma tête est remplie de souvenirs de campagne et de ville. Les couleurs et les parfums qui me réchauffent le plus le cœur sont ceux de ma petite enfance à la campagne. J'ai découvert la ville un peu plus grande, j'y ai passé toute mon adolescence et c'est là que j'y ai rencontré l'homme de ma vie et que nous avons eu nos premiers enfants. Nous avons trouvé notre terre d'adoption, entre les prairies et les forêts ardennaises il y a quelques années et je sais que je ne me sentirai jamais plus chez moi que là où les routes sont bordées de sapins et où l'air sent la terre humide et la sève.


Le fait d'avoir vécu une partie de ma vie en ville, une autre partie à la campagne a sans doute son importance dans la construction de mes réflexions et de nos choix de vie. D'autres détails ont également leur importance :

  • Je suis l'aînée d'une fratrie de quatre enfants (deux frères et une sœur devenus adultes qui comptent énormément, avec qui je peux tout partager et qui valent tous les amis du monde)

  • J'ai toujours été entourée de l'amour de mes parents, deux personnes un peu têtues, certes, mais qui m'ont surtout toujours prouvé leur tendresse infinie, leur intelligence, leur passion, leur inventivité et leur courage. Ils ont toujours eu tout un tas de projets et se sont donnés les moyens d'y arriver. Nous avons vécu certaines années avec très peu de revenus, mais nous n'avons jamais manqué de rien et cela m'a permis d'apprendre la débrouille et la simplicité.

  • Mes parents viennent de milieux assez différents mais ce qui m'a marquée et influencée ont sans doute été les racines ouvrières de mon grand-père paternel qui est l'homme à la fois le plus courageux, le plus drôle et le plus tendre qui soit et les aspirations sociales, intellectuelles et culturelles de mes parents.

  • J'ai beaucoup déménagé, j'ai fréquenté un nombre important d'écoles mais j'ai eu la grande chance de vivre mes années de primaires dans une école active Freinet, créée par des personnes passionnées (avant que cela devienne une « mode » et que la petite école humaine se transforme en machine-système), école qui a cultivé ma soif et ma curiosité d'apprendre mais qui a aussi aiguisé mon sens critique et m'a permis de comprendre que le respect de tous était primordial.

  • Je n'ai jamais eu de grands groupes d'amis, mais j'ai fait de belles rencontres et certaines des personnes chères à mon cœur font encore partie de ma vie aujourd'hui.

  • Je suis tombée follement amoureuse de l'homme qui partage encore ma vie alors que je n'étais encore qu'une adolescente, nous avons « grandi » ensemble et dessiné notre vie avec passion en complicité.

  • Mon intérêt pour les lettres, la communication et la création artistique m'ont menée sur les bancs de différentes écoles supérieures, jusqu'à ce que d'autres envies soient plus fortes que tout et que je décide de m'y consacrer entièrement. J'ai cependant toujours continué à lire, écrire et créer en parallèle de ma vie de maman.

  • Je suis devenue maman à 22 ans. Fonder une famille, avoir des enfants était une « vocation » pour moi, un choix précis, une envie qui vient du fond des entrailles.

  • Chacun de mes enfants est né de façon naturelle. Cela a été une des plus grandes révélations de ma vie. Mes derniers enfants sont nés à la maison. J'ai aimé plus que tout être enceinte, donner naissance sans aide extérieure, allaiter, porter et partager le sommeil de mes petits humains. Rien de tout cela n'a été simple, facile ou reposant mais c'était ma façon d'être maman, de vivre ma vie de mammifère et cela m'a permis de me rendre compte des forces insoupçonnées qui se cachaient en moi, cela m'a donné une confiance en la vie et en la route qui était la mienne.

  • Le chemin qu'est ma vie a été parfois encombré de petits cailloux ou de gros rochers, certains très douloureux et difficiles à escalader. Je n'aime pas trop parler de ces épisodes difficiles de façon détaillée, par pudeur mais aussi parce que je n'en vois pas toujours l’intérêt.

  • Malgré les difficultés je reste quelqu'un de positif et d'optimiste. Ce qui ne m'empêche pas de râler, de pester, de me révolter, d'utiliser mon esprit critique, mais toujours avec la volonté d'aller vers un avenir plus équilibré.

  • Une des particularités de notre famille s'appelle l'autisme. Nous vivons l'autisme au quotidien, c'est un sujet que je connais très bien mais dont je n'arrive pas toujours à parler de façon publique, pour tout un tas de raisons. L'autisme peut prendre différentes formes, peut se vivre de façons très différentes. Si nous connaissons les aspects positifs et enrichissants de cette particularité : l'originalité, la passion, la différence, la remise en question, les choix hors normes nous avons aussi dû en vivre les aspects sombres et douloureux : le rejet, la dépression, la violence, le harcèlement, l'épuisement, la solitude, les difficultés financières, le manque cruel d'aide... C'est tellement intime et complexe qu'il m'est difficile d'en parler avec recul mais cela fait sans aucun partie des aspects qui ont donné une teinte particulière à notre vie et ont fait de moi celle que je suis aujourd'hui.

  • J'ai fait le choix d'être maman au foyer durant les premières années de chacun de nos enfants. Quand nos deux grands ont rejoint l'école j'ai créé un projet professionnel pendant quelques années. Mais après quelques temps, il m'a fallu redevenir maman au foyer pour pouvoir répondre aux besoins de mon enfant porteur d'autisme qui ne trouvait pas sa place dans le système scolaire et qui avait déjà beaucoup trop souffert.

  • Petit à petit, nous avons fait des choix hors normes, nous avons inventé nos propres solutions à force de nous retrouver face à des murs ou des portes fermées. J'ai essayé de transformer ces éléments difficiles en forces et en richesses. De fil en aiguille, d'une réflexion à une lecture j'en suis venue à faire de la simplicité et de l'autonomie des valeurs centrales de notre vie.

  • J'ai découvert l'enseignement à domicile, l'instruction en famille alors que c'était devenu une nécessité pour notre famille et nous avons vécu des petites révolutions passionnantes et très enrichissantes à un moment où ce type d'enseignement était encore très marginal.

  • Un pas après l'autre, nous nous sommes éloignés du système qui agit comme un rouleau compresseur pour tous ceux qui ne rentrent pas dans le moule.

  • Au fil des années je me suis passionnée et documentée à propos de différents sujets, concepts et valeur : l'autonomie et la simplicité que j'ai déjà évoqués mais aussi la ruralité, l'autosuffisance, le partage, la frugalité, la simplicité volontaire, la convivialité, la culture des fruits et des légumes, la cuisine, la couture et d'autres types d'artisanats, la décroissance, l'écologie au sens noble du terme, les différentes crises qui naîtront dans un futur de plus en plus proche (climatique, écologique, pétrolière, financière...)

  • Nous n'avons pas attendu la pandémie et l'arrivée du Covid pour nous rendre compte que la vie moderne qu'on nous présente comme exemplaire et comme unique façon de fonctionner était vouée à l'échec et broyait tous ceux qui ne rentrent pas dans le moule et ceux qui gaspilleront leur vie en espérant atteindre le haut de la pyramide sans aucune chance de réussite. Nous ne correspondons cependant pas vraiment à l'image des personnes qui sur un coup de tête lâchent tout pour se lancer dans des aventures improvisées. Depuis que je suis devenue adulte j'essaie de faire des choix réfléchis, de me documenter, de me renseigner. Chacun de mes choix passe par le tamis des valeurs importantes à mes yeux. Si je prends des risques ou si au contraire je fais des compromis je sais toujours pourquoi je les fais. Cela peut sembler anecdotique mais je pense que c'est pourtant essentiel !

En résumé, ce que je suis : une femme créative et passionnée, mariée et amoureuse, une mère de famille nombreuse qui rêve d'un monde plus juste, plus simple et plus authentique, qui alterne les moments de labeur pour plus d'autonomie et les moments de lecture, de réflexion, d'échanges, une femme courageuse à certains moments et au bout du rouleau à d'autres, quelqu'un qui tente de se forger une expérience personnelle en sortant parfois des sentiers battus, quelqu'un qui tente de faire de ses difficultés et de ses combats des moments positifs et enrichissants, une femme qui tente de ne pas se noyer dans le monde compliqué dans lequel nous vivons.


Je ne suis pas une intellectuelle, une artiste, une agricultrice, une commerçante, une féministe moderne, une illuminée mais cela ne m'empêche pas de penser, de réfléchir, d'écrire, de dessiner, de cultiver mon potager, d'avoir ouvert une boutique, d'être fière d'être une femme et d'avoir envie de lire et d'entendre plus de discours profonds de personnes vivant leur féminité de façon libre, de me rendre compte qu'il est difficile de vivre sans une certaine spiritualité...


 

Et parce que je publierai ces textes sur le site de Pâquerette & Marcassin, je pense qu'il est important de vous expliquer les origines et les raisons de ce projet.

Mes motivations étaient multiples et variées. L'autonomie et la simplicité guident nos choix depuis une dizaines d'années. J'essaie d'atteindre ces objectifs par de petites choses au quotidien et dans différents domaines qui peuvent être assez variés (cuisine, couture, enseignement et apprentissages, naissance, allaitement et accompagnement de nos enfants, habitation, déplacements etc).

Nous nous sommes rendus compte, au fil des années, qu'il est très compliqué d'être complètement autonomes dans tous les domaines, à notre époque, dans notre petite partie du monde, avec une famille nombreuse.

Il nous a fallu faire des concessions (j'écrirai à ce propos d'autres articles pour détailler ces concessions). Nous avons appris à vivre avec très peu de revenus financiers mais il est difficile de se passer d'argent à notre époque et nous avons rêvé d'autonomie dans ce domaine également.

Une idée m'est venue, il y a quelques années : donner vie à un projet qui permette de mettre en avant les valeurs qui nous semblent primordiales, de faire connaître le travail d'artistes et d'artisans et le mien, je voulais tenter à la fois de promouvoir un mode de vie plus simple, plus respectueux des Hommes, de la nature, des animaux et de répondre aux besoins financiers de notre famille.


Nous avons rassemblé ces différentes idées et envies afin d'ouvrir Pâquerette & Marcassin qui a pris la forme d'une toute petite boutique aménagée avec débrouille et simplicité, dans notre ancien abri de jardin.


La vie n'est pas une longue route rectiligne, encore moins pour nous. Nous avons traversé des périodes très douloureuses, mon papa est décédé alors que personne ne s'y attendait, un de nos enfants a sombré dans une profonde et violente dépression, nous avons dû apprendre à vivre avec des problèmes de santé, la pandémie est arrivée...

Nous avons essayé de garder la tête hors de l'eau et ce projet n'a pas toujours été ma priorité mais j'y ai consacré du temps avec passion et sincérité quand ma vie me le permettait.


Le projet à multiples formes, large et varié rêvé au départ n'a pas vraiment dépassé la forme d'une boutique par manque de temps, d'énergie, de moyens et parce que la période n'était pas vraiment propice à des rencontres mais j'ai essayé de ne pas être uniquement commerçante et de partager autre chose que des objets à vendre.


Cela m'a permis de faire de belles rencontres et je suis heureuse d'avoir gardé en vie cette petite idée qui m'était chère.


La boutique existe toujours, je suis ravie de savoir que certains pensent à moi, à mes créations, à mes sélections de livres et de cadeaux quand ils ont envie de faire plaisir à leurs proches. Je suis touchée que certains aient compris qu'on pouvait avoir un mode de fonctionnement différent.


Ce projet ne nous permet pas de répondre à tous les besoins matériels de notre famille mais il y contribue et j'espère pouvoir continuer à le faire évoluer avec toujours plus de passion et de sincérité.


C'est justement parce que j'ai toujours voulu un espace qui soit plus qu'une vitrine commerciale que je crée cette rubrique où je partagerai des écrits plus longs.

Les articles que vous pourrez y lire auront parfois un lien direct avec le côté librairie ou boutique de Pâquerette & Marcassin mais j'y partagerai aussi des réflexions à la fois plus larges et plus profondes.

 

Bonne lecture, et n'hésitez pas à m'écrire, à me répondre, à partager vos propres expériences, sentiments et réflexions !

Esther